Quid de l’IMC chez les anorexiques ?

'IMC chez les anorexiques

Si beaucoup de personnes se soucient de leur gain de poids, d’autres sont amener à prendre du poids pour rétablir leur état de santé. C’est bien le cas des personnes souffrant d’anorexie mentale. Ceux qui ont un tel état de santé doivent redresser leur IMC afin d’atteindre leur poids idéal.

Signes d’anorexie selon l’IMC

Chez une personne, on peut tracer des signes d’anorexie en fonction de son IMC. Jetez un œil à ce tableau pour connaître la sévérité de l’anorexie mentale.

IMC Danger Interprétation
12 Risque de décès subit Maigreur extrême : la personne peut s’attendre à mourir à n’importe quel moment
13 Besoin ultime de réanimation Souffrances physiques extrêmes qui requièrent une hospitalisation en urgences ou en réanimation
14 Hospitalisation contrainte Hospitalisation imposée
15 Hospitalisation Faible maitrise de la maladie : nécessité d’hospitalisation
16 Soins utiles Guérison indépendante possible : soins rapides
17,5 Critère diagnostic de l’anorexie Limite de maigreur pathologique

Qu’est-ce que l’anorexie mentale ?

L’anorexie est un trouble du comportement alimentaire. Elle peut se traduire comme un refus de gagner du poids provoquant ainsi une maigreur. À un certain niveau de l’IMC (inférieur à 17,5), on pourrait détecter un signe d’anorexie chez une personne. Il existe plusieurs symptômes d’anorexie. En général, une personne qui possède un IMC anorexie peut faire face aux signes suivants :

– Refus à priori de gagner du poids ;

– Refus d’atteindre le poids idéal ;

– Tendance à se percevoir comme grosse (même si la personne est maigre) ;

– Arrêt des règles durant 3 cycles au minimum.

Si vous rencontrez ces symptômes, pensez à consulter un médecin.

L’anorexie, différente de la maigreur constitutionnelle

Même si une personne subissant une maigreur constitutionnelle et une autre souffrant d’anorexie ont toutes deux un IMC inférieur à 17,5, il est à noter que ces deux cas sont totalement différents. La maigreur entrainée par l’anorexie s’accompagne, en effet, d’un trouble comportemental, ce qui ne peut pas forcement être le cas d’une personne ayant une maigreur constitutionnelle. Pour ce deuxième cas, les symptômes principaux sont les suivants :

– Masse grasse : normale ;

– Règles menstruelles normales ;

– Comportement : souhaitant gagner du poids ;

– IMC : inférieur à 17,5.